L’investissement immobilier pour les expatriés : informations sur les démarches Comme les résidents français, les expatriés sont de plus en plus nombreux à avoir recours à l’investissement immobilier dans notre pays, que ce soit pour faire fructifier leur patrimoine ou tout simplement préparer leur retour en France. Comportant de nombreux avantages, les démarches peuvent être plus compliquées à réaliser lorsque l’on n’est pas sur place. Voici quelques indications sur l’investissement immobilier pour les expatriés. 

immobilier investissement expatriés

Les avantages de l’investissement immobilier pour les expatriés

L’investissement dans l’immobilier permet de se constituer un patrimoine pérenne. Dans le cas du locatif, avec une bonne rentabilité, les loyers permettent de couvrir le crédit et l’ensemble des charges liés au logement, permettent d’apporter un complément de revenu dès l’investissement réalisé puis d’apporter un revenu supérieur une fois le crédit remboursé en totalité. Idéal pour préparer sa retraite, notamment pour les expatriés qui ne cotisent pas nécessairement en France et qui peuvent se retrouver en difficulté à la fin de leur carrière ! 

Des avantages financiers intéressants

Si les expatriés préfèrent investir dans l’immobilier en France, c’est tout d’abord pour préparer leur retour à moyen ou long terme. Trouver un logement peut prendre du temps, il est donc intéressant d’acheter au plus tôt et de louer son bien pour pouvoir en disposer à son retour. 

Les taux d’intérêt français sont parmi les plus bas (environ 1,5% en 2019), et ce malgré le fait que ceux proposés aux non-résidents sont un peu plus élevés que pour ceux résidant dans notre pays (+0,2% en moyenne). Pour éviter une imposition trop élevée, il convient ensuite d’adopter le bon mode de location (nue, meublée…) et le bon montage fiscal (investissement en nom propre ou en société). 

Les difficultés de l’investissement en France lorsque l’on réside à l’étranger

Obtenir un crédit immobilier pour les expatriés

Lorsque l’on réside à l’étranger, les demandes de crédit auprès des établissements bancaires français peuvent s’avérer plus fastidieuses que pour un résident. Les banques vont en effet, outre les critères traditionnellement pris en compte, étudier le statut du demandeur (salarié détaché, contrat local ou entrepreneur) pour le classer sur une échelle de risque. Les capacités d’épargne, le niveau de salaire et la situation familiale sont également minutieusement inspectés. 

Sachez qu’un apport de 25% (en moyenne) du coût total de l’investissement est demandé aux non-résidents. 

Difficultés liées à la distance

Lorsque l’on vit à l’étranger, les démarches de recherche sont évidemment plus compliquées du fait qu’il est bien souvent nécessaire de se déplacer pour pouvoir visiter des biens. Pour pallier cette problématique, des chasseurs immobiliers spécialisés dans la recherche pour les expatriés peuvent être d’une grande aide : ceux-ci vont en effet pré-sélectionner des biens correspondant aux critères de leurs clients, puis organiseront une ou plusieurs journées de visites de façon à limiter les allers-retours des demandeurs. 

Une fois le bien trouvé, les démarches administratives peuvent également être plus longues. Les pièces à fournir pour le dossier de crédit sont différentes de celles d’un résident, et les rendez-vous (notaires, etc.) sont plus difficiles à prendre. On estime que le délai entre la signature du compromis et celle de l’acte authentique atteint 3 à 4 mois pour les non-résidents.

Investissement immobilier pour les expatriés
5 (100%) 1 vote[s]
Suivez-nous sur Facebook